Présidentielle en Guinée : Les attroupements dans les lieux de vote inquiètent les médecins

Plusieurs électeurs se sont rendus dans les urnes ce dimanche pour départager les douze candidats en lice pour le premier tour de la présidentielle en Guinée. Un scrutin sans incidents majeurs selon plusieurs témoignages mais qui peut provoquer une recrudescence des cas de coronavirus en Guinée. 

Les mesures barrières ne sont pas respectées, raconte l’un de nos collaborateurs à Kankan le fief du président Alpha Condé qui ne ménage aucun effort pour remporter dès le premier tour la présidentielle de ce 18 octobre.

Plus de cinq millions d’électeurs étaient attendus dans les urnes. En dehors du matériel électoral, des kits sanitaires ainsi que des masques de protections sont distribués par l’Agence nationale de sécurité sanitaire. L’ANSS a distribué à chaque parti politique 100 mille bavettes et chaque bureau de vote est doté d’un kit de lavage des mains. Théoriquement, les mesures de barrières devraient être respectées mais sur le terrain, le constat est tout autre, raconte Dr Mahmoud Barry, épidémiologiste guinéen. Dans son centre de vote comme ailleurs, le directeur général de Santé plus Guinée explique que les électeurs s’alignent sans observer les mesures de distanciation sociale, sans porter leur masque de protection et en ignorant les rares kites de lavages de mains installés dans les lieux de vote.

Les médecins guinéens craignent une recrudescence des cas positifs du coronavirus après l’expérience de mars dernier lors des élections législatives et du référendum constitutionnel qui ont abouti à la nouvelle loi fondamentale sur laquelle s’appuie Alpha Condé pour se présenter à un 3e mandat consécutif. 

L’épidémiologiste guinéen Dr Mahmoud Barry répond à Rudolph Karl 


Commentaires

Comment Form is loading comments...