Nigéria : Le président Buhari refuse de limoger les responsables militaires

  • 23/07/2020 (Copyright InAfrica.com)

    img

    Des sénateurs nigérians ont invité le président Muhammadu Buhari à limoger les responsables militaires face à la crise sécuritaire que traverse le pays depuis plus décennie. Une demande à laquelle le chef de l’Etat nigérian n’est pas prêt à accorder une suite favorable.

    Le sénateur de l’Etat de Borno, Ali Ndume, a demandé à la chambre de décision de prendre une résolution pour obtenir la démission des chefs militaires du pays en raison des multiples problèmes de sécurité dans le pays.
    Le mardi 21 juillet, le sénat a adopté cette résolution et demandé au président Muhammadu Buhari de limoger la hiérarchie militaire pour nommer de nouveaux responsables à la tête de l’armée.
    Cet appel n’est pas le premier lancé depuis le début de la crise sécuritaire dans le pays.
    En janvier dernier, ils avaient déjà appelé le président Buhari à insuffler du sang neuf au sein de l’armée pour mieux faire face au défi sécuritaire dans le pays. En réaction, le porte-parole de la présidence nigériane Femi Adesina, a déclaré que la nomination ou le limogeage des chefs de service est une prérogative présidentielle,
    La demande des sénateurs nigérians intervient une semaine après que des médias locaux au Nigéria ont annoncé le départ de plus de 350 soldats nigérians officiellement en raison d’un moral bas et d'une perte de confiance dans le leadership. Dans le passé, l'armée nigériane a suspendu les approbations pour les demandes de retraite volontaire des soldats, certains étant accusés de lâcheté et de sabotage en critiquant le leadership militaire.
    Le Nigéria est engagé dans un conflit sans précédent contre le groupe militant islamiste Boko Haram depuis plus d'une décennie. Les affrontements ont déjà fait plus de deux millions de déplacés ainsi qu’environ 30 000 morts, dont des militaires, des travailleurs humanitaires et des civils.
    Awal ADJO

    Mots clés :Nigéria Buhari Muhammadu Sénateurs Limogeage Chefs Militaires Boko Haram Armée Victoire 75 combattants Agents humanitaires Nord-Est Attaque ONU Armée Civils enfants refugiés Monguno Borno