Présidentielle en Côte d’Ivoire : Une décision de la CADHP redonne espoir à Guillaume Soro

  • 16/09/2020 (Copyright dw.com)

    img

    La Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples demande la réhabilitation de Guillaume Soro dans la course électorale alors que le conseil constitutionnel a invalidé, ce lundi 14 septembre, la candidature de cet ancien premier ministre ivoirien dont le nom a été radié des listes électorales.

    Dans une décision rendue ce mardi 15 septembre, la Cour africaine ordonne à l’Etat de prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant Guillaume Soro de jouir de ses droits d’être élu et d’être élu notamment lors de la présidentielle d’octobre 2020. Cette ordonnance de la CADHP publié sur son site internet redonne espoir à Guillaume Soro dont le dossier de candidature a été rejeté ce lundi à Abidjan par le conseil constitutionnel. La décision est motivée selon le président du conseil par la radiation du nom de l’ancien président de l’assemblée nationale ivoirienne des listes électorales après sa condamnation à 20 ans de prison pour recel de détournements de deniers publics. Abidjan n’a pas encore réagi à cet énième rappel à l’ordre dans l’affaire Guillaume Soro. La Côte d’Ivoire avait déjà, en avril dernier, retiré sa « déclaration de compétence » à la Cour reprochant à la juridiction africaine de porter atteinte à sa souveraineté nationale. Aussitôt cette ordonnance provisoire de la Cour rendue, Guillaume Soro a salué une décision qui rend au droit ses lettres de noblesses. L’ancien premier ministre ivoirien réaffirme sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain que beaucoup voient tumultueuse et encore plus meurtrière que celle de 2010 favorisant l’arrivée au pouvoir d’Alassane Ouattara. La candidature du président ivoirien pour un troisième mandat suscite déjà beaucoup de tensions à Abidjan et dans d’autres régions de la Côte d’Ivoire. Le lundi 14 septembre un peu avant le verdict du conseil constitutionnel, Des dizaines d’ivoiriens ont investi les rues pour s’opposer à la volonté du président Ouattara de participer au nom du RHDP à la présidentielle du 31 octobre. Des ivoiriens reprochent au président ivoirien d’écarter ses principaux challengers. Mais avec cette nouvelle ordonnance de la CADHP, la Côte d’Ivoire n’aura d’autres choix que de réhabiliter Guillaume Soro dans la course présidentielle selon Me Diarrasouba Lamine, avocat au barreau d’Abidjan et à la Cour pénale internationale.