Transition au Mali : Le M5-RFP n’a pas les moyens de diriger le pays (Abdoulaye Niang)

  • 14/09/2020 (Copyright Africa Radio)

    img

    Le M5-RFP à l’origine des manifestations contre le régime d’Ibrahim Boubacar Kéita refuse que les militaires qui ont réussi à faire partir le président malien « confisquent la victoire du peuple ». Le mouvement rejette la charte adoptée le 12 septembre à l’issue de la concertation nationale initiée par le CNSP et souhaite se positionner en première ligne dans la transition en vue de la succession d’Ibrahim Boubacar Kéita.

    C’est un président civil ou militaire que le comité désigné par la junte au pouvoir doit incessamment proposer pour conduire la transition de 18 mois proposée par les maliens en concertation nationale entre le 10 et 12 septembre dernier. Mais la charte de la transition ne fait pas l’unanimité des maliens. Le M5-RFP qui a mené les contestations de rue contre Ibrahim Boubacar Kéita la rejette parce qu’elle ne reflète les points de vue et les décisions du peuple malien. Selon Choguel Maïga, il n’était plus question de savoir si c’est un militaire ou un civil qui dirigerait la transition. Le peuple a déjà tranché en faveur d’un civil, annonce le président du comité stratégique du mouvement. Des points dont les maliens n’ont pas discuté lors des échanges ont été ajoutés à la charte et cela laisse des maliens croire que la junte au pouvoir tire le drap de son côté et met les bouchées doubles pour prendre la tête de la transition. Mais la charte a été adoptée de facto par acclamation de l’assistance, ajoute le rapporteur de la concertation nationale. Assimi Goïta a pour sa part salué la bonne tenue des discussions qui ont aussi permis de s’entendre sur trois organes de transition dont le président, le vice-président, le conseil national de transition regroupant les différents acteurs maliens dont les membres du M5-RFP. Autant de propositions qui ne convainquent pas le mouvement à l’origine des manifestations contre le régime d’Ibrahim Boubacar Kéita. Mais ce rejet total de la charte est une façon pour le M5-RFP de dire son insatisfaction sur sa part de la gestion de la transition selon des observateurs politiques présents à la concertation nationale. Abdoulaye Niang soutient que le mouvement veut être en position influente voire diriger la transition. Une responsabilité que le M5-RFP ne saurait assumer, selon le directeur exécutif du centre Sène d’étude stratégique au Mali.
    Ecoutez ses explications.