NOS PARTENAIRES

INSTITUTIONNEL

OSIWA en tant que fondateur et bailleur de fonds de la radio constitue le partenaire le plus engagé et le plus apprécié de la WADR. Depuis sa création, la radio reçoit le soutien institutionnel d'OSIWA pour ses fonctions et ses investissements. La WADR a cependant une gestion autonome bien qu'elle bénéficie toujours du soutien de son bailleur institutionnel. De plus, la radio reçoit le soutien de son donateur institutionnel dans ses procédures de gestion financière telles que la comptabilité et la gestion budgétaire.

En décembre 2014, une proposition de projet de 206 000 euros a été soumise et approuvée par OXFAM dans le cadre de son programme régional de bonne gouvernance. L'objectif du projet était de soutenir et de suivre la réponse à Ebola à travers une approche descendante et ascendante via la radio, le Web et le réseau des OSC en Afrique de l'Ouest. La subvention a été reçue et le projet a été mis en œuvre pendant un an.

Récemment, la WADR a travaillé avec des institutions telles que Plan International, l'UNESCO, le Groupe des Nations Unies pour le développement au Sénégal sur les 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre, WaterAid, Action Contre la Faim, ONU Femmes, ENDA Sénégal, UNHCR, UNFPA et la Fondation Ford entre autres. La première phase d'un projet sur la migration irrégulière intitulée `` Utiliser la radio pour freiner la migration irrégulière avec un financement du bureau fédéral allemand a été mise en œuvre grâce au soutien de l'ambassade l’Allemagne à Dakar d'août à décembre 2018. De nombreuses autres organisations ont exprimé leur intérêt à travailler avec la WADR et le processus est en cours pour travailler dans différents domaines.

STATIONS DE RADIO PARTENAIRES

Au niveau communautaire, la West Africa Democracy Radio collabore avec plusieurs radios partenaires pour toucher les communautés tant au niveau national que régional.

En Sierra Leone, par exemple, des stations de radios comme Radio Newsong, Radio Gbafth, Radio Mankneh et African Young Voices (AYV), entre autres, ont été utilisées pour communiquer directement avec la population au niveau communautaire. De même, des programmes de la WADR sont relayés au niveau national avec des stations FM dans la capitale du pays ainsi que dans les villes régionales.

En Guinée Conakry, la Radio Rurale de Guinée à Faranah ainsi que celle basée à Boké, Horizon FM Kankan et Liberté FM à N'zérékoré sont les stations de radio avec lesquelles la WADR travaille pour toucher une grande partie de la population guinéenne.

Au Libéria, la West Africa Democracy Radio travaille en collaboration avec plusieurs radios qui relayent ses différents programmes. On peut citer, entre autres, Prime FM à Monrovia, Radio Kergheamohn dans la région de Ganta Nimba, Peace Fm 96.0 à Harbel à Margibi, Radio Gbarnga à Bong et Radio One Magic FM 99.3 à Buchanan dans la région de Grand Bassa.

Par ailleurs, la WADR s'associe au réseau de radio Jamana au Mali diffusant depuis Bamako, Foko Segou et Koulikoro. Au Niger, c’est avec le réseau Radio Alternative diffusant également à Niamey, Zinder et Agadez que la West Africa Democracy Radio a noué de partenariat tandis qu’en Côte d’Ivoire elle s’associe à 8 radios notamment à Abidjan, Bouaké, Korghogo, Man, Pelefero et Daloa.

Au Bénin, des radios telles que Radio FM Nonsina (Bébéréké), Radio Alakétou FM à Kétou dans le département du plateau, La Voix de la Lama, Aîta FM ; Ouesse et Nanto FM sont les partenaires de la WADR.

En Gambie, la WADR est suivi par l’intermédiaire de la Gambia West Coast Radio, l'une des principales stations de radio privées du pays mais aussi Hot FM dans la région du Grand Banjul et Paradise FM avec des antennes dans la région du Grand Banjul, et la région centrale du pays en plus des radios communautaires telles que Bansang, Brikama, Stations de radio Kairanyining et Kerewan. Au Sénégal, la WADR est partenaire de plus de 20 stations de radio dans les différentes régions du pays. Des partenariats ont été également tissés au Ghana avec des stations de radio très fortes et influentes dans cinq communautés différentes à savoir Radio Pad, Radio Royals, Radio Ada, Wfm / W93.5, radio progress).

Les démarches entreprises en vue des partenariats avec des stations de radios au Nigéria ont permis à la WADR de collaborer avec Aso Radio, Agba Community Radio, Lavun Communiry Radio, Kakaki Ondo Communiry Radio, Nenzit Communiry Radio et Ejulene Community Radio.

En 2020, des partenariats ont été renouvelés au Togo avec Radio Mokpokpo, Radio Solidarité Kaboli, Radio Zéphyr, Radio Binah FM et Radio Communautaire des Savanes.

PROJETS SPÉCIAUX REALISES
a) Ebola: Utiliser la radio pour lutter contre la propagation d'Ebola

La WADR a mis un accent particulier sur Ebola depuis l'émergence de la maladie dans la région ouest africaine. Avec un soutien initial d'OSIWA, la radio a procédé à un suivi quotidien et vigilant de l'épidémie d'Ebola au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. Après avoir produit de nombreux sujets radiophoniques sur l'émergence, la propagation et le contrôle de l'épidémie, ce qui avait conduit à la nomination d'un membre du personnel au prix CNN, la WADR a continué à se joindre à la lutte contre Ebola avec la mise en œuvre d’un projet avec OXFAM intitulé «Soutien et surveillance de la gouvernance efficace de la riposte à l'épidémie d'Ebola ». Ce projet qui s'ajoute à l’appui déjà apporté par OSIWA dans la lutte contre Ebola a pris fin en décembre 2015.

Grâce à ce soutien d'OSIWA et d'OXFAM, la WADR a pu utiliser ses ondes, notamment à travers la diffusion des informations utiles et vérifiées, pour atteindre plusieurs personnes. Elle s’est beaucoup appuyée sur une stratégie de communication efficiente en associant à sa fréquence ses différentes radios partenaires, son site Web, ses médias sociaux ainsi que des réseaux de la société civile. La WADR a également formé des journalistes locaux, des techniciens et des animateurs dans chacun des trois pays cibles. En outre, un soutien institutionnel grâce à la fourniture d'ordinateurs portables, d'enregistreurs et de téléphones mobiles Android à 6 stations de radio partenaires dans chacun des trois pays a également contribué à faciliter les reportages sur l'épidémie d'Ebola par les journalistes de la région. En gros, la WADR était l'un des principaux diffuseurs africains couvrant l'épidémie d'Ebola avec des productions en direct qui faisaient entendre la voix des personnes touchées et infectées.

Une enquête d'audience menée dans le cadre du projet a montré que la WADR avec ses partenaires ont eu un taux d'audience de 66 pour cent dans les trois pays combinés. En Guinée, 9 personnes sur 10 ont écouté les programmes de la WADR, au Libéria, on en a recensé 6 sur 10 et en Sierra Leone, près de la moitié de la population a écouté ses radios partenaires. Ainsi, la WADR a pu atteindre les gens et, grâce à ses programmes, a contribué à l'ensemble du processus d'éradication de la propagation d'Ebola dans la région. En 2016, à l'issue du projet d’OXFAM contre la propagation de l’épidémie, la WADR a travaillé avec Plan International sur une phase post Ebola. Ce projet mettait en exergue une production de sujets originaux par ses correspondants et d’autres collaborateurs qui sont diffusés aussi bien par la radio que ses partenaires.

b) Les élections:

Les élections au Nigeria, au Togo, en Guinée Conakry, en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso, au Bénin, au Niger, en Gambie, au Ghana, récemment au Libéria et en Sierra Leone ont toutes été couvertes par la WADR. Au lieu de simplement recevoir des éléments des correspondants sur le terrain, la WADR a envoyé dans ces pays ses grands reporters qui ont coordonné avec les radios partenaires de tous les pays concernés la production quotidienne de reportages, d'interviews et d'émissions sur le processus électoral pour une diffusion axée sur les différentes régions des pays. En Côte d'Ivoire par exemple, six radios partenaires, 5 francophones et 2 anglophones ainsi que le correspondant à Abidjan envoyaient des reportages et des productions en continu sous la supervision du producteur désigné depuis Dakar. 11 régions ont été couvertes quotidiennement pendant le processus électoral en Côte d'Ivoire.

Au Burkina Faso, la WADR a pu couvrir 13 régions avec 8 stations de radio partenaires communautaires et trois journalistes Freelance en français plus deux autres en anglais. En Guinée Conakry, la WADR a également travaillé avec des stations de radio partenaires dans 7 régions, d’autres chaînes en anglais et en français et a couvert l'ensemble du processus avec des reportages, des interviews approfondies, des magazines entre autres. Ainsi, une semaine avant les élections et une semaine après les élections, une couverture très ciblée du processus électoral dans ces deux pays a permis de renforcer le partenariat avec la radio. Les élections au Bénin et au Niger ont également fait l'objet d'une attention particulière en plus du référendum sur les réformes constitutionnelles au Sénégal en mars. Le point culminant de notre couverture électorale a été en entre 2016 et 2018 avec les élections en Gambie, au Ghana, au Libéria et en Sierra Leone.

L’aspect majeur de notre couverture électorale est que nos statistiques Web montrent toujours l'augmentation de l'audience pendant la couverture électorale, les Africains de la diaspora visitant régulièrement le site pour suivre la couverture électorale.

c) Focus spécial sur la Gambie

La WADR a consacré une année entière à la Gambie à travers des reportages spéciaux ainsi que des interviews sur les malversations gouvernementales dans le pays, donnant particulièrement la parole à l'opposition et aux journalistes exilés, militants des droits de l'homme, politiciens et civils, les représentants de la société civile avant et pendant le processus électoral qui a conduit à l’alternance démocratique à la tête du pays. Ce focus a contribué au changement positif dont bénéficient les Gambiens aujourd'hui car la radio était l'une des principales sources d'information pour l’ensemble des Gambiens et en particulier pour la diaspora.

d) Collaboration avec la fondation Ford

Un partenariat avec le bureau Afrique de l’Ouest de la Fondation Ford a donné à la WADR l'opportunité de travailler sur une catégorie d’acteurs œuvrant pour un changement sociopolitique dans la région ouest africaine. Cette collaboration est l’occasion de donner un coup de projecteur sur le travail des organisations de défense des droits de l'homme et des activistes pour favoriser une alternance en Gambie, au Ghana, au Sénégal et au Burkina Faso. Le projet a permis de réaliser des programmes radiophoniques, de documentaires vidéo et un bulletin électronique faisant ressortir une intelligentsia africaine qui souffle du vent nouveau et impactent positivement les institutions privées et publiques dans ces différents pays.

Par ailleurs, la WADR a également continué à travailler sur d’autres questions liées à son plan stratégique et à son mandat avec OSIWA, notamment la couverture du procès Hissène Habré au Sénégal, les affaires de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé à La Haye et d’autres.

D'août à décembre 2018, la WADR a eu l'opportunité de recevoir un financement du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères pour travailler sur un projet de migration avec un accent particulier sur la migration irrégulière. Dans la pratique, ce projet vise à utiliser les ondes de la radio comme moyen de communication pour favoriser un changement de comportement dans les pays et communautés identifiés à savoir le Ghana, le Mali, le Niger et la Gambie. Ce projet, bien que mis en œuvre pendant une courte période, a touché la vie de nombreux jeunes qui ont témoigné de la clarté des informations leur permettant de prendre des décisions éclairées sur leur aventure.

LE FINANCEMENT

L'Open Society Initiative pour l'Afrique de l'Ouest OSIWA - qui fait partie du réseau mondial d'Open Society Foundations est le fondateur et principal bailleur de fonds de WADR. L’organisation est active dans dix pays d’Afrique de l’Ouest à savoir le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, la Sierra Leone et le Sénégal avec des bureaux dans cinq d’entre eux.

OSIWA joue un double rôle dans la région en tant que défenseur et donateur de subventions en se permettant de définir l'agenda à la fois au sein et aux côtés d'autres organisations travaillant sur le terrain. La Fondation travaille grâce à une combinaison unique de subventions, de plaidoyer, de création de partenariats et d'assistance technique.