Burkina Faso : Bassolma Bazié démissionne de la fonction publique

Le secrétaire général de la confédération du travail au Burkina Faso Bassolma Bazié a démissionné de la fonction publique le 19 janvier dernier. Le leader syndical burkinabè explique vouloir se libérer d’un chantage salarial pour mieux se consacrer à la défense des intérêts des travailleurs. 

Un salaire ne doit en aucun cas être un moyen de chantage, a écrit Bassolma Bazié le 24 janvier sur sa page Facebook au sujet de sa démission de la fonction publique quelques jours plus tôt. 

Bassolma Bazié n’était plus en odeur de sainteté avec son administration depuis qu’il a été traduit en conseil de discipline du ministère de l’éducation nationale le 21 septembre 2020. Il était accusé d’un refus d’exécuter le volume horaire hebdomadaire qui lui avait été assigné. L’enseignant de science de la vie et de la terre au lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou a depuis crié à un acharnement de la part des autorités politiques du pays. Selon des sources proches de lui, la goutte d’eau qui a surtout fait déborder le vase est sa récente affectation, en novembre 2020, à la direction régionale du Centre du ministère de l’éducation nationale pour nécessité de service. Une décision prise à  l’issue du conseil de discipline en violation flagrante de toutes les dispositions réglementaires et conventionnelles en la matière, selon Bassolma Bazié. 

Alors, dans sa lettre de démission, le secrétaire général de confédération générale du travail du Burkina pointe un chantage salarial et dit vouloir mieux se consacrer à la défense des intérêts des travailleurs. Lorsque vous représentez des Hommes de valeur, vous avez l’impérieux devoir de faire en sorte que votre prix soit l’honneur. Par conséquent, un salaire ne doit en aucun cas être un moyen de chantage. D’où ma démission de la Fonction publique afin de mieux me consacrer à la défense ferme des intérêts des travailleurs et du peuple burkinabè, a écrit dimanche sur sa page Facebook. Bassolma Bazié démissionne ainsi de la fonction publique burkinabè après 20 ans de service.





Commentaires

Comment Form is loading comments...