Grogne au Tchad

  • 12 Mars 2018 credit photo makaila.fr

    img

    Une journée ville morte à Ndjaména est organisée par l’opposition politique, mais aussi la société civile et des syndicats du pays. Un mouvement en soutien aux fonctionnaires en grève depuis un mois et demi à cause de la baisse de leurs salaires.

    Une journée ville morte à Ndjaména est organisée par l’opposition politique, mais aussi la société civile et des syndicats du pays. Un mouvement en soutien aux fonctionnaires en grève depuis un mois et demi à cause de la baisse de leurs salaires.
    Par ailleurs, l’opposition dénonce l’arrestation ce matin à Koumra, dans le sud du pays de Bocam Djassibaï, militant du chef de file de l’opposition. Cette interpellation n’est pas un cas isolé puisqu’hier, Madjakoum Alkoua, membre de la société civile et coordonnateur de l’ONG ARED qui s’occupe de la réinsertion des enfants en détresse a été retenu durant 3 heures. Le chef de file de l’opposition tchadienne Saleh Kebzabo voit en ces arrestations un lien avec la journée ville morte d’aujourd’hui. On l’écoute