Burkina Faso : A la découverte d’Issiaka Sawadogo, le figurant devenu figure de proue dans le cinéma africain

A 54 ans, Issiaka Sawadogo est incontestablement l’un des meilleurs cinéastes du Burkina Faso. Parti d’un rôle de vigile, l’auteur du long métrage français Walter nourrit encore des ambitions et veut se donner les moyens de les réaliser.

Il a une vingtaine d’années d’expériences et remporté, depuis sa première apparition sur les écrans en 1987 une vingtaine de prix. Sa carrière a pourtant débuté dans le théâtre avec des petits rôles. Sa carrière professionnelle, tel qu’il la décrit, est parti d’un court métrage, d’une idée, d’une volonté 

C’était en effet en 2000, en Norvège, 17 ans après que Issaka Sawadogo quittait son pays et ses collègues sur scène dont le dramaturge burkinabè Jean Pierre Guingané décédé en 2011. Le cinéaste burkinabé inspire beaucoup de jeunes dans son pays du fait de son attachement à la culture burkinabè. Il n’hésite pas par exemple à parler le mooré, sa langue maternelle dans ses rôles à travers le monde. Pour lui, c’est une façon de révéler le pays des hommes intègres à la face du monde. 

Notre correspondant l’a rencontré à Ouagadougou

Commentaires

Comment Form is loading comments...