Burkina Faso : Le report du FESPACO est un coup de massue pour les cinéastes africains

La rencontre biennale du cinéma africain prévue entre le 27 février et le 6 mars prochain a été reportée à une date ultérieure selon une annonce du porte-parole du gouvernement burkinabè le 29 janvier dernier. La décision de reporter ce festival du 7e art est motivée par la situation sanitaire liée au nouveau coronavirus qui se dégrade de plus en plus au Burkina Faso ainsi que dans le reste de l’Afrique. 


La mesure a été adoptée après maintes réflexions selon les autorités du Burkina Faso qui disent ne pas trouver meilleure option pour sauver ce rendez-vous permettant aux populations de voir des films africains. 

C’est une décision à laquelle s’attendaient déjà les acteurs culturels malgré leur optimisme a expliqué Aboubacar Demba Cissokho, journaliste culturel à l’agence de presse sénégalaise. 

Fatou kiné Sène au Sénégal, la présidente de la fédération africaine des critiques de cinéma dit ne pas être également surprise par cette décision. Pourtant, les cinéastes et autres acteurs culturels n’avaient pas arrêté de travailler depuis deux ans pour promouvoir leurs œuvres lors de cette rencontre du FESPACO qui se tient chaque deux ans.  A l’arrivée cette décision sonne comme un coup de masure dans le monde de cinéma, conclut Fatou Kiné Sène. Les autorités burkinabè auraient pu trouver d’autres alternatives pour sauver les meubles en organisant par exemple le festival en ligne ou à minima.

Un festival en ligne, c’est l’une des options qu’envisageait la tutelle technique du FESPACO, indique des sources proches du dossier. Mais réussir ce pari fera perdre à ce rendez-vous culturel continental tout son prestige. A Ouagadougou, on reste unanime sur les retombées du report de ce festival du 7e art, une rencontre biennale qui habituellement propulse sur le devant de la scène le Burkina Faso déjà meurtri par le terrorisme. Le rideau baissé sur le FESPACO il y a deux ans restera intact, la conséquence ne sera pas seulement le manque de promotion du cinéma africain cette année, le report affecte également le secteur de l’hôtellerie et du tourisme déjà mis à plat au Burkina Faso par le covid-19



Commentaires

Comment Form is loading comments...